Des établissements en réseaux

La mise en réseaux est une solution mise en œuvre dans les établissements catholiques de Bourgogne.

Cette mise en réseau concerne les établissements de la maternelle au lycée.

Avantages

C’est une manière pertinente d’intégrer les petites écoles rurales ou de centre-ville non intégrées à un groupe scolaire.

Cette mise en réseaux permet de faire face aux évolutions tant de la population scolaire (enseignants et élèves), des besoins économiques des établissements (révolution numérique, normes de sécurité) en mutualisant les moyens et les parcours.

Elle améliore de plus la pédagogie suscitant des échanges entre collègues que ce soient au niveau des chefs d’établissement souvent isolés dans leurs responsabilité que des enseignants dont la classe ou la discipline n’est représenté que de façon unitaire dans les petites structures.

C’est aussi une manière de favoriser les échanges de proximité sont favorisés à l’inverse des démarches habituelles qui concentrent des enseignants dispersés géographiquement dans un centre urbain. «Il y a une sorte de sentiment d’appartenance car les personnes ont pris l’habitude de se rencontrer de façon régulière. Cela permet de ne pas rester seuls face à des situations plus difficiles et de se sentir soutenus par ses pairs », explique Jean-François Jouy, directeur diocésain de l’enseignement catholique de la Bourgogne Nord.

Les réseaux constitués

  Le réseau Nièvre

  Le réseau Haute Côte d’Or

  Le réseau Paray-le-Monial

  Le réseau Autun

  Le réseau Mâcon

  Le réseau Chalon-su-Saône

Travailler en secteur c’est ne plus travailler seul !

Dans un esprit de solidarité, le secteur du Sud Brionnais mutualise son personnel, ses connaissances et ses bonnes idées !

  • Les professeurs des collèges, toutes matières confondues, interviennent dans les écoles du secteur pour enseigner l’anglais.

  • Des enseignants de Paray, habilités à le faire, pourraient venir faire passer le PSC1 aux collégiens de Chauffailles et La Clayette.

  • Une femme de ménage partage ses heures entre les collèges de La Clayette et de Chauffailles.

  • Vendre des « déco clés », un bénéfice important rapidement.

Il s’agit aussi de chercher ensemble des solutions à nos problèmes communs. La réflexion actuelle essaie de répondre aux besoins croissants de la présence d’un psychologue pour gérer les situations de crise dans nos établissements. Comment rendre cette présence possible et efficace sans que cela n’engendre des coûts trop élevés ? Comment trouver, à toutes les échelles de nos institutions, des subventions pour alléger le coût d’un projet scolaire ?

Enfin, c’est la possibilité pour les enseignants de travailler dans un réseau de collègues. Exemple : Pour préparer la réforme des programmes des cycles 1, 2 et 3, les chefs d’établissement vont centraliser les demandes de chaque enseignant. Ces demandes seront classées par thème. Les enseignants du secteur, seront ensuite regroupés par centre d’intérêt à l’occasion d’une ou plusieurs journées de formation.