L’école éveille à l’Art… un projet artistique à Saint-Louis de Villeneuve

Une oeuvre réalisée en arts plastiques dans le cadre de notre projet d’école : explorons le monde, mené en partenariat avec la galerie Monsieur Bedout.

 

Ces œuvres pourront également être retrouvées à la bibliothèque municipale de Villeneuve du 21 au 29 juin.

Une oeuvre réalisée par les écoliers

Les élèves de maternelle de l’école Saint-Louis Notre-Dame de Villeneuve-sur-Yonne ont composé une oeuvre d’art vendredi dans le cadre du projet pédagogique en cours. Chaque classe encadrée par Patrick Bedout et Catherine Derrier, a participé à la création d’une oeuvre collective en utilisant différentes techniques. Les plus petits collaient des gommettes, les moyens reliaient les traits au crayon et les grands travaillaient avec les pigments pour finaliser l’oeuvre exposée dans la cour de l’école le vendredi 8 avril à 16h30.

Source L’Yonne républicaine avril 2016

009 blog

89 Saint Louis

89 saint louis 2

MS blog

Le voyage en Guyane de treize élèves de 1° Aménagements Paysagers

dans le cadre du partenariat

entre le LHRP du Haut-Nivernaus et l’établissement agricole à Saint-Laurent-du-Maroni

Guyane4

Les élèves de la filière AP du LHRP du Haut-Nivernais sont partis en Guyane

Un voyage qui a nécessité un an de préparation et qui a été possible grâce au partenariat avec Marie-Line Cotonéa, directrice du Lycée Cécile Cheviet à Saint-Laurent du Maroni et de son équipe pédagogique, François Berro, enseignant en histoire-géographie et Education socio-culturelle, Hélène Bras, professeur d’aménagement, et Nestor Waminie, en volontariat de service civique. Pour partir les élèves ont fait appel à des subventions et ont multiplié les projets : vente de sapins de Noël, chantiers pour des communes, vente de pains au chocolat, tombolas, séances de cinéma et nettoyage de vitres. Ils ont été épaulés par leurs enseignants et tout particulièrement Sylvain Boulay, directeur adjoint au LHRP.

Un voyage avant tout pédagogique

C’est avant tout pour collaborer aux aménagements du lycée Cécile Cheviet récemment construit et où beaucoup d’installations restent à mettre en place que les élèves de la filière AP sont partis. Aux côtés des élèves de CAPA agriculture des régions chaudes, avec lesquels ils ont tout de suite sympathisés, les élèves ont, coachés par leur professeur de Travaux Paysagers, Christophe Morlot et Hélène Bras, construit un carbet, une hutte sans mur, pour se protéger du soleil. Pendant qu‘un groupe s’attelait à la structure en bois, un autre groupe est parti en pirogue vers la forêt rechercher des feuilles de palmes pour la confection du toit. C’est avec l’aide d’Améridiens qui ne parlaient que taki taki qu’ils ont appris à tresser les palmes wassaï pour qu’elles forment un toit étanche. Avec Nestor Waminie ils ont également contribué à la création d’un réservoir d’eau indispensable pour l’irrigation des cultures de banane, vanille, manioc… produites par les élèves de CAPA. Pour financer leur hébergement sur place ils ont pris part à des travaux de peinture et ont réalisé un massif sur l’avenue principale avec l’aide d’un pépiniériste et d’agents municipaux. Une expérience inoubliable pour les élèves. Au-delà de l’entraide ce sont des liens d’amitié qui se sont liés. « Créer du lien social était aussi un but du voyage » assure Sylvain Boulay.

Guyane05

Une immersion totale

Vivant au rythme et dans les conditions de vie guyanaise, les élèves et leurs accompagnateurs, Valérie Millot et Christophe Morlot, enseignants de technique paysagère, ainsi que Sylvain Boulay ont goûté aux joies de dormir dans des hamacs sous des carbets, de manger local, des bananes braisées, du nassi, du bahami (des plats à base de riz ou de sortes de nouilles avec du poulet caramélisé) et du roti (une galette de pommes de terre au poulet et curry), de parcourir la forêt guyanaise à la découverte de sa faune et de sa végétation luxuriante. A travers des visites des Iles du Salut, des Marais de Yiyi, du Jardin botanique ou de l’Herbier de Guyane ils ont pu compléter leurs acquis en reconnaissance des végétaux avec la découverte des espèces tropicales et ont ainsi mieux appréhendé l’adaptation de la végétation à son milieu naturel. Habitués à réaliser des herbiers dans le cadre de leur formation les élèves ont découvert, avec Sophie Gonzalez, responsable de l’Herbier de Guyane, une technique un peu particulière de ramassage d’échantillons de feuilles d’arbres. C’est au tir à la carabine que les Guyanais prélèvent leurs échantillons.
L’émerveillement n’a pas non plus quitté les élèves lors de leurs différentes rencontres en forêt, au zoo ou musée des insectes avec la faune locale : papillons aux mille couleurs, cigales au chant strident et continu, amphibiens comme les pipas, une espèce emblématique de l’Amérique du Sud, arachnides, tortues, caïmans, oiseaux, comme le papayou, un oiseau sentinelle charismatique des forêts guyanaises…
Autre temps fort qui a marqué les élèves, la visite avec François Berro du bagne de Saint-Laurent du Maroni où a été incarcéré Papillon. Ils ont pu voir sa cellule !
Les randonnées diurnes ou nocturnes sur les sentiers de pistes à la quête des sons et des animaux de la forêt, le marché Hmong, le shopping à Cayenne et la pluie torrentielle qui s’est abattue durant deux jours ont aussi agrémenté le voyage de beaux souvenirs.

Les élèves sont conscients d’avoir vécu une expérience formidable, leurs accompagnateurs aussi !

Anne Magnard, Documentaliste au LHRP du Haut-Nivernais

Guyane7

.

L’observatoire pédagogique de Bourgogne Franche-Comté

vous invite à découvrir un projet innovant autour des sciences mené 

à Pouilly en Auxois

Découvrir le travail de l’observatoire pédagogique de Bourgogne Franche-Comté

Varzy

En cette fin de trimestre, les élèves et le personnel du LHRP (Lycée horticole et rural privé) du Haut-Nivernais ont manifesté, à plusieurs reprises leur soutien aux plus démunis.

Qu’il s’agisse d’aider son prochain de la commune de Varzy ou de l’autre bout du monde, la générosité est de taille XXL.Ainsi à la veille des réjouissances festives de Noël et du Jour de l’An, s’intéresser aux autres et donner un peu de soi ont été le leitmotiv durant le mois de décembre. Toutes les actions menées ont rencontré une large adhésion aussi bien chez les jeunes qu’auprès des adultes.
L’année 2015 sera close au lycée par les traditionnels repas et veillée de Noël jeudi 17 décembre. Un moment festif qui réunira tous les élèves et personnel de l’établissement.

Pour ceux qui sont proches de chez nous
Un concours de collecte de denrées alimentaires pour les bénéficiaires des Restos du Cœur de Varzy a permis de récolter 71 kg de nourriture de première nécessité. Initié par des membres du Personnel de la vie scolaire, le concours par classe a trouvé un large écho auprès des élèves qui se sont fortement mobilisés.

2015-12.04.Resto du Coeur

Lors de la semaine de solidarité internationale c’est auprès de l’association Artisans du monde que les élèves ont pu, après avoir été sensibilisés aux enjeux du commerce équitable, acheter des produits d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine. Prendre conscience que plus d’un milliard de personnes vivent avec moins de deux dollars par jour a fait réfléchir les jeunes sur leur façon de consommer.

2015-11-20.solidarité internationale (47)

Une association soutenue par le lycée depuis 18 ans

C’est partageant un bol de riz et en reversant le prix de leur repas, qu’élèves et personnels ont également donné un peu d’argent pour contribuer au financement de la scolarité de jeunes centrafricains.

Une action que mène depuis dix-huit ans un groupe d’élèves, d‘enseignants et de personnel du Conseil d’administration de l’établissement au travers de l’association humanitaire Maboko Na Maboko (Main dans la main). Fondée autour de Sœur Yvette de la Congrégation des Sœurs de la Sainte Famille, aujourd’hui présidée par Sandryne Lauverjon, enseignante, l’association poursuit son œuvre à Sibut aux côtés de Sœur Myriam.

Grâce à tous les dons et malgré la reprise de graves violences depuis la rentrée de septembre, l’école de Sibut a pu accueillir deux cent enfants de plus que l’an dernier.

En ces temps proches des fêtes de fin d’année, les élèves ont vendu des chocolats issus du commerce équitable pour financer un voyage scolaire. Une autre façon de monter qu’ils sont sensibles au sort des petits producteurs des pays les plus pauvres de la planète

Pour apporter plus de réponses aux nombreuses questions des jeunes sur le problème de la faim dans le monde, la répartition des ressources et la gestion des besoins, l’exposition « Vaincre la Faim » installée dans le hall du lycée durant quinze jours, a été commentée aux élèves par leur professeur d’histoire. Prêtée par l’association caritative LACIM (Les Amis du coin de l’Inde et du Monde) l’exposition démontrait les problèmes de la faim dans le monde : ses chiffres accablants, ses causes, ses effets, mais aussi les actions nationales et internationales à mener pour éradiquer ce problème.

S’intéresser à l’autre passe aussi par son attitude vis-à-vis de ceux qui ne sont pas comme nous et dont nous avons parfois tendance à nous moquer.

2015-12-08-theatre-forum.32

Un théâtre forum sur le harcèlement, les discriminations et le respect a permis de faire prendre conscience aux plus jeunes élèves du lycée (les 4° et 3°) et aux adultes qui les accompagnent tous les jours que la différence n’est pas un handicap, mais une source de richesse pour soi et le monde qui nous entoure. Suivi d’une exposition sur les différences, les jeunes ont été amenés à poursuivre leur réflexion.

SENSIBILISER A L’AVENIR DE LA PLANETE

IMG_0501

A l’ensemble Saint Coeur,

l’école et le collège s’associent à l’association Forestiers du Monde

FORESTIERS DU MONDE

Des ressources pour la COP 21

COP21

Un projet innovant au collège Sainte Marie de La Clayette autour du sport
MON EURO 2016

De nombreuses écoles de la région Bourgogne se lancent dans des projets de médiation entre pairs.

Deux d’entre elles se situant au Sud de la Côte d’Or : il s’agit de l’école-collège Saint Coeur de Beaune et de l’école Saint-Symphorien de Nuits-Saint-Georges.

Explication par Anne Gommet, professeur des écoles à l’école Saint-Coeur de Beaune

« Depuis l’année dernière, les élèves de la classe de CM1-2 et cette année ceux de 6EE sont formés à la médiation entre pairs. Cette formation en un an permet aux enfants de devenir médiateurs i.e de régler de façon positive les petits conflits du quotidien qui peuvent apparaître entre eux.

Cette formation s’articule autour de trois domaines :

  • La connaissance de soi et des autres avec un travail sur l’estime de soi et l’acceptation des différences
  • L’acquisition d’outils et de techniques de communication non violente (comment m’adresser à l’autre sans qu’il se sente agresser ?)
  • La découverte et l’expression des émotions : le jeune est amené à identifier ses émotions, à les exprimer car toutes sont légitimes mais doivent exprimées dans le respect des autres et de lui-même

La médiation ne prend corps qu’après ce temps de formation et se fait dans un protocole défini.

Au cours d’une médiation, chaque acteur du conflit et le médiateur doivent être d’accord sur sa nécessité même.

Le médiateur rappelle les règles et pose le cadre de la médiation : écoute, langage correct et respectueux, confidentialité des propos.

Il invite chaque partie à exposer les faits et reformule ce qu’il a entendu.

Le médiateur demande aux médiés d’exprimer leurs émotions.

Il leur permet de faire l’expérience de l’empathie : si je ne peux pas me mettre à la place de l’autre et le comprendre il y a peu de résolution possible !

Le médiateur invite enfin les médiés à trouver eux-même une solution qui doit faire consensus.

Ce projet est la base d’un travail de prévention de la violence et du harcèlement à l’école mais il a aussi ses limites s’il n’est pas relayé par un travail d’équipe sur mediationle vivre ensemble. Nous avons la chance en primaire d’être un groupe, personnel enseignant et éducatif à nous former cette année afin que le projet soit inscrit dans une dynamique d’établissement. »

stsymphorien nuits